RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE L’ENVIRONNEMENT ET LA SÉCURITÉ

La protection de l’environnement ainsi que la sécurité définissent un principe fondamental prioritaire dans tous les secteurs et toutes les entreprises de Swatch Group. Ce principe est respecté, promu et appliqué au quotidien par chaque collaboratrice et chaque collaborateur de l’entreprise. Des actions au lieu de paroles – ou de rapports détaillés – est la devise. Ce faisant, il nous importe de prendre soin de notre environnement comme aussi de notre sécurité et d’y apporter notre plus haute attention. Ces directives maîtresses font partie des valeurs environnementales, sociales et de gouvernance d’entreprise (Environment, Social, Governance), auxquelles nous accordons tous la plus grande importance, ce qui est aussi exprimé dans différentes sections du Rapport de Gestion 2018.

Nous sommes tous très conscients de notre responsabilité de protéger la vie, de favoriser la qualité de vie, de garantir la sécurité et de préserver la santé, aussi bien que de respecter notre environnement, et nous entreprenons tout ce qui est en notre pouvoir pour l’assumer pleinement par rapport à notre environnement immédiat, dans les limites de notre influence directe ou indirecte.

Par principe, les ressources sont engagées avec efficacité et parcimonie, afin d’assurer une fabrication et une commercialisation de nos produits qui soient durables et respectueuses de l’environnement. Dès la phase de planification et de développement de chaque nouveau produit, le recours à des matériaux et à des substances recyclables, ainsi qu’à des méthodes de production écologiques, est pris en considération.

Swatch buildings - solar panels

De plus, des mesures visant à réduire la consommation d’énergie et des ressources sont mises en oeuvre, que ce soit via des installations de production munies de systèmes de gestion intelligente de l’énergie ou par l’optimisation énergétique et l’isolation thermique des infrastructures. Lors de la construction de nouveaux sites et de rénovations, les technologies et les matériaux les plus modernes ont été utilisés afin d’améliorer au maximum le bilan écologique et énergétique, ce qui a amené une nouvelle contribution très positive en la matière durant l’exercice sous revue.

Chaque année, toutes les valeurs pertinentes ayant trait à l’écologie opérationnelle sont consolidées dans une vaste base de données. Elles sont analysées, et servent de mesure des résultats réalisés, comme aussi de référentiel pour établir les objectifs suivants à atteindre.

 

Environnement, sécurité et santé – mesures pertinentes

La sécurité et la santé de notre personnel ainsi que de nos clients dans le monde entier font l’objet de la plus haute attention. Nos exigences en matière d’approvisionnement, de production, de distribution et aussi d’utilisation de nos produits respectent, non seulement les directives et les dispositions légales les plus strictes au niveau international, mais englobent également nos propres standards, de niveau très élevé, que nous développons et améliorons continuellement. A cet égard, notre apprentissage n’est jamais achevé, ce qui conduit l’entreprise à des innovations et à de nouveaux investissements.

Les critères environnementaux, éthiques et sociaux sont également fermement inscrits dans notre politique d’approvisionnement. Le sens de la responsabilité lors de l’approvisionnement en matières premières spécifiques pour notre industrie telles que les métaux précieux, les diamants et les cuirs exotiques, revêt une importance primordiale.

Au-delà, Swatch Group a décidé de renoncer volontairement à l’usage de bois provenant d’espèces d’arbres menacées et de n’utiliser que des bois provenant de plantations durables, ceci pour apporter une contribution supplémentaire à l’amélioration de l’équilibre écologique. L’approvisionnement en or est exclusivement en «or traçable» de régions exemptes de conflits et non critiques comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie. De même, l’entreprise s’assure que les diamants retenus pour ses produits ne proviennent que de fournisseurs se conformant strictement au système de certification issu du Processus de Kimberley.

En termes de méthodes de production et de produits durables, Swatch Group respecte pleinement les directives applicables, notamment celles de l’Union européenne, telles que la directive relative à l’usage restreint de substances dangereuses (RoHS), le règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et la restriction des produits chimiques (REACH) et la directive relative à l l’élimination des déchets d’équipements électriques et électroniques (WEEE). Des renseignements complémentaires dans le domaine de l’énergie et de l’écologie sont aussi donnés dans le rapport de Belenos Clean Power, à la page 116, et dans le domaine de l’environnement et la sécurité par la contribution de Swatch Group Quality Management, aux pages 112 et 113 du Rapport de Gestion 2018.

Gestion des risques

Le Corporate Risk Management System fait partie intégrante de la politique de l’environnement et de la sécurité. Dans ce système, les risques déterminants sont continuellement identifiés, analysés et recensés, de manière à pouvoir identifier par anticipation les risques susceptibles d’affecter l’environnement, la sécurité ou la santé, ceci afin de développer et implémenter des mesures appropriées de prévention. Un élément essentiel est le Business Continuity Management. Des experts identifient les sites opérationnels importants ainsi que leur interdépendance, mettent en évidence les principaux risques (par exemple incendie, inondation, substances chimiques, interruption de production), et déterminent les mesures adéquates, afin d’assurer la continuité des opérations. Les démarches préventives et les dispositifs d’urgence en sont les éléments centraux. Un élément essentiel de la gestion des risques de Swatch Group est sa politique d’indépendance. Dès lors, l’entreprise diminue toute dépendance vis-à-vis de ses fournisseurs, de ses partenaires de distribution ou de ses prestataires financiers. Les mesures prises à cet égard sont notamment le maintien d’un niveau de stock suffisant, le développement et la modernisation des capacités de production, des sources d’approvisionnement alternatives, des acquisitions d’importance stratégique et un niveau élevé de capitaux propres.

Sustainability Report

Chiffres clés concernant l’environnement

Swatch Group dispose de divers sites d’exploitation et de production hautement spécialisés dans leur secteur et de ce fait présentant chacun un profil spécifique propre en matière de sécurité, de prévention de la santé et de la protection de l’environnement. Chacun des sites est accompagné dans son développement pour que des mesures d’optimisation puissent continuellement être définies et implémentées. L’essentiel de la métrologie environnementale est la mesure des paramètres influant la consommation d’énergie, en particulier électrique et thermique, ainsi que les émissions de CO2 y relatives, et aussi les chiffres-clés sur la consommation d’eau, la gestion des déchets, le recyclage des piles et les émissions de composés organiques volatils (COV). Ces mesures sont recensées dans toutes les entités de Swatch Group et montrent l’évolution exposée ci-dessous.

Emissions de CO2 induites par la consommation d’énergie

Depuis 2001 déjà, Swatch Group a procédé à la fixation d’objectifs univoques en matière de climat et de l’efficience énergétique et a apporté une contribution à la protection du climat. Chaque site a été associé à ce programme, et des mesures visant à réduire la consommation d’énergie ont été définies. Afin de contribuer davantage à la protection du climat et de diminuer encore la consommation d’énergie, il a été décidé au printemps 2013 d’associer tous les sites de production en Suisse à un programme de réduction des émissions de CO2. Avec l’intervention de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), un plan volontaire de mesures économiques et écologiques nécessaires pour diminuer la consommation d’énergie et les émissions de CO2 a été défini et les objectifs à atteindre ont été fixés contractuellement.

L’objectif de cet accord est de diminuer davantage la consommation énergétique durant la période de 2013 à 2020, soit de réaliser une réduction supplémentaire des émissions de CO2 à hauteur de 27%, tout en augmentant l’efficacité énergétique de 8% jusqu’en 2020. En collaboration avec l’Agence de l’énergie pour l’économie (AEnEC), des audits énergétiques ont été réalisés par des spécialistes sur tous les sites chaque année depuis 2013 afin de recenser de plus amples possibilités de réduction des émissions de CO2. Par conséquent, un catalogue de mesures les plus opportunes à mettre en place pour atteindre les objectifs a été élaboré. Depuis, l’implémentation des mesures définies est systématique, ce qui a permis de diminuer considérablement les émissions de CO2 et d’obtenir l’exemption de la taxe y relative des sites associés. Le catalogue de mesures est régulièrement réexaminé et actualisé afin de poursuivre les efforts en matière de protection du climat. La réalisation des objectifs annuels fait l’objet d’un suivi et d’un audit de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Les vérifications détaillées sur les différents sites ainsi que le recensement des mesures par les spécialistes nécessitent beaucoup de temps, raison pour laquelle les chiffres issus des audits de l’année sous revue ne sont disponibles que vers la fin du premier semestre de l’année suivante. Dès la fin des audits, l’AEnEC délivre annuellement un certificat spécifique portant sur la réalisation des objectifs.

Déjà en 1990, en qualité de sponsor du mobile solaire Spirit of Biel, Swatch Group s’est engagée en faveur de la diminution des émissions de CO2 et de la réduction de la consommation d’énergie. Cette année-là, ledit mobile solaire avait remporté le World Solar Challenge en Australie. De cette époque provient également la première Swatch solaire (1995) qui n’a rien perdu d’un point de vue attractivité et qui est toujours commercialisée. Cette adhésion précoce à la protection du climat est le témoin historique de notre contribution et par sa présence, elle nous motive à poursuivre notre engagement durable dans la protection du climat.

Les graphiques ci-dessous visualisent les émissions de CO2 depuis le lancement du nouveau programme en 2013, ainsi que les objectifs à atteindre d’ici 2020, soit de les diminuer de 27%. Depuis le lancement du nouveau programme, les émissions de CO2 ont pu être abaissées de 1743 tonnes au total, ce qui est montré par le graphique 1.

L’efficacité énergétique devrait être augmentée de 8% au total d’ici l’an 2020, ce qui est montré par l’objectif linéarisé dans le graphique 2. Ce dernier met en évidence, que dans les cinq premières années après l’introduction du nouveau programme, l’augmentation de l’efficacité énergétique réalisée a dépassé l’objectif fixé.

La consommation d’électricité a augmenté de 10,7% en 2018 en raison des hausses de production. Les émissions de CO2 ont temporairement augmenté suite à la mise en service de nouveaux bâtiments non encore en régime d’exploitation ordinaire, car le remplacement des combustibles fossiles n’intervient qu’après la réception technique des bâtiments. Dès lors, les valeurs cibles ont été dépassées (graphique 1).

Les sociétés de distribution à l’étranger, notamment en raison de leurs nombreuses boutiques, ont évidemment aussi pour objectif d’améliorer leur bilan énergétique, bien que la consommation
énergétique y soit beaucoup plus faible que celle des sites de production en Suisse.

diagrams show CO2 emissions

Consommation de chaleur par unité de surface utile (kWh / m2 par année)

Mesurée en kWh par mètre carré de surface utile, la consommation annuelle d’énergie fossile sous forme de mazout de chauffage, de gaz naturel et de chauffage à distance a diminué de 0,1% durant l’exercice sous revue, ceci malgré une saison hivernale plus rude que l’année précédente. Une hausse de la consommation d’énergie a été évitée notamment grâce à des investissements continus consacrés aussi bien aux nouveaux qu’aux anciens immeubles et installations de production. Cet objectif a pu être atteint grâce à de nouvelles constructions, équipées d’une technologie de pompe à chaleur ultramoderne, à de nouveaux programmes d’isolation thermique et de rénovation des bâtiments, à l’optimisation ou au remplacement des systèmes de climatisation et de refroidissement à eau, à l’assainissement des installations de chauffage et à la mise en service de nouveaux récupérateurs de chaleur. Des investissements continus, destinés à minimiser la onsommation de chaleur par unité de surface utile, ont permis de réduire cette consommation à bien plus de la moitié depuis l’introduction du programme en 2001. Les travaux d’extension de l’aire Omega, à Bienne (BE), sont un bon exemple des nombreux efforts accomplis. Ils ont permis de réduire de 48% la consommation de chaleur par m2 de surface et d’un impressionnant 55% les émissions de CO2.

 

Consommation d’électricité par unité de surface utile (kWh / m2 par année)

Mesurée en kWh par mètre carré par année, la consommation d’électricité a augmenté de 9,3% par rapport à l’année précédente. Cette consommation accrue s’explique par la mise en service et en charge de nouvelles usines ainsi que par l’augmentation de la production. La mise en service de nouvelles machines et installations dotées d’un meilleur rendement énergétique dans les divers sites de production, ainsi que des investissements considérables dans le domaine de l’éclairage, notamment sous forme d’un assainissement de ces systèmes, ont cependant entraîné une consommation électrique sous-proportionnelle.L’emploi de nouvelles lampes LED a permis d’obtenir un éclairage optimal et de diminuer la charge thermique, réduisant ainsi la consommation électrique et les coûts de climatisation. Les investissements réalisés sur l’aire Omega ont eu des effets positifs, améliorant le bilan énergétique par la substitution des pompes à chaleur aux matières énergétiques fossiles.

 

Propre production d’énergies renouvelables solaire et hydraulique

Depuis des décennies, Swatch Group investit non seulement dans le domaine de la très faible consommation d’énergie et à haute efficience énergétique des composants et des circuits intégrés du segment Systèmes Electroniques, mais exploite aussi sa propre production d’énergies renouvelables, notamment solaire et hydraulique. La production d’énergies durables a pu être augmentée ces dernières années par la mise en service de nouvelles installations. Malgré une modeste production d’électricité durable, elle représente tout de même une contribution à la protection du climat et de l’environnement. Une installation photovoltaïque Belenos Clean Power munie d’un micro-onduleur de la dernière génération a aussi été mise en service lors de l’inauguration d’un nouveau bâtiment de production sur le site Omega. Cette installation a permis de produire 170 MWh au cours de l’année sous revue. La production d’énergie hydroélectrique totale n’est pas constante car celle des deux centrales de La Suze et de Le Bez, à Corgémont (BE), qui ont été entièrement rénovées et automatisées en 2010, est fortement tributaire du niveau moyen des précipitations. De même, la production d’énergie solaire chez Distico, à Bienne, et chez ETA, à Boncourt (JU), dépendent de l’ensoleillement moyen capté par les installations photovoltaïques. Les centrales hydroélectriques ainsi que les installations photovoltaïques de Swatch Group ont une capacité de production annuelle d’environ 1600 MWh. Une partie de la flotte des véhicules électriques de ETA est mue, entre autre, grâce à cette énergie.

 

Gestion des déchets

En raison des processus de nettoyage dans la production, et d’une intégration continue de cette dernière, la quantité de déchets spéciaux (piles de montres non comprises) a augmenté de 13,3%. La part des déchets spéciaux récupérés ou recyclés, quant à elle, a augmenté de 4,6%. En outre, les autres déchets industriels, comme le papier, le carton, les matières synthétiques et les composants électroniques, ont enregistré une baisse réjouissante de 1,3%.

 

Recyclage de piles

Durant l’exercice sous revue, plus de 7,6 tonnes de piles ont été confiées, pour le retraitement, à des entreprises agréées spécialisées, ceci sans tenir compte de l’élimination des batteries périmées et de la liquidation des fins de séries chez Renata. Renata est l’unique fabricant de piles à exploiter, depuis 2018, sa propre installation de recyclage de piles buttons (récupération de l’argent). D’une capacité annuelle de 250 millions de piles buttons pour 25 tonnes d’oxyde d’argent, cette installation témoigne de la forte contribution, à ce jour inégalée dans le monde, que Renata apporte à l’environnement, dans la perspective d’un développement durable.

 

Gestion de l’eau

La consommation d’eau potable a augmenté de 10,1% par rapport à l’année précédente et la consommation d’eau non potable de 29,7% à la suite de l’augmentation de la production, de la mise en service de nouvelles usines, de l’intégration de nouveaux sites de production et d’installations de climatisation supplémentaires. Est notamment à mentionner le recul des eaux usées, grâce à la mise en service d’installations fonctionnant en circuit d’eau fermé, l’amélioration du rendement des stations d’épuration, de même que le recours à des installations de récupération et de traitement de l’eau de pluie utilisée dans les systèmes de refroidissement et les installations sanitaires.

 

Emissions de COV (composés organiques volatils)

A la suite de l’augmentation de la production, de l’intégration de nouveaux sites de production et d’une internalisation continue de cette dernière, la consommation de produits COV a augmenté durant l’exercice sous revue par rapport à l’année précédente. Ceci principalement par l’emploi d’acétone, d’alcool et de benzine comme produits nettoyants pour les composants abriqués. Les émissions de COV ont ainsi augmenté de 8,1%. Par contre, nous avons réussi à récupérer ou recycler 7,7% de COV de plus durant l’année, grâce à la mise en place de dispositifs de récupération de la benzine et d’autres solvants volatils. Une augmentation plus importante des émissions de COV a pu être évitée grâce au remplacement accru des substances volatiles par des procédés utilisant des solutions aqueuses exemptes de solvants ou des substances moins volatiles.

CO2 emissions

Approvisionnement général en matières premières

La prise en compte des critères environnementaux, éthiques et sociaux est fermement inscrite dans notre politique d’approvisionnement, raison pour laquelle, ne peuvent être sélectionnés comme partenaires que des fournisseurs ou leurs sous-traitants se conformant pleinement aux exigences stricts clairement définis et fixés par contrat, pour tous les aspects liés à la sécurité, à l’environnement et à la politique sociale. Ces exigences couvrent non seulement le respect des lois nationales et internationales, mais aussi les directives de l’OCDE concernant l’approvisionnement en matières premières et en fournitures (OECD Due Diligence Guidance for Responsible Supply Chains from Conflict-Affected and High-Risk Aeras and its Supplement on Gold), ainsi que la directive SA8000 (Social Accountability International) promouvant un approvisionnement responsable, sous les prémisses de conditions de travail éthiques et équitables, de dispositions en matière de protection de la santé et de sécurité au travail, de respect des droits humains et des relations avec les partenaires commerciaux, de même que de prise en compte de la chaîne d’approvisionnement, du développement local et d’autres facteurs pertinents sociaux et écologiques.

En sus, les fournisseurs doivent évidemment se conformer aux directives internes de Swatch Group Quality Management en matière d’assurance qualité et d’exigences écologiques et légales requises, tout comme aux critères de conformité légale des produits, en particulier par rapport à REACH (Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals), RoHS (Restriction of Hazardous Substances) et la directive sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (WEEE – Waste Electrical and Electronic Equipment). Pour garantir la conformité par rapport à ces normes et directives, chaque fournisseur reçoit un accès direct et protégé aux spécifications de conformité relatives aux matières premières et matériaux utilisés, élaborées par Swatch Group Quality Management. Regroupées dans une vaste base de données, ces informations sont régulièrement actualisées. Swatch Group FEPS (Far East Procurement Service) et Swatch Group Quality Management vérifient régulièrement si les conditions requises sont effectivement réalisées par les fournisseurs. En cas de non-respect, ils peuvent notamment imposer des mesures correctives aux fournisseurs. Si un fournisseur n’est pas ou plus en mesure de se qualifier, il ne sera plus considéré.

 

Approvisionnement en matières premières biologiques

Concernant les matières premières biologiques telles que le coton, le cuir, le bois etc., non seulement les nombreuses législations nationales ou internationales doivent être respectées (UE 995 / 2010 et CE 338 / 97, Lacey Act, CITES Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature, FSC Forest Stewardship Council, PEFC Programme for the Endorsement of Forest Certification, Timber Regulation, etc.), mais Swatch Group renonce même volontairement à certaines matières légales et non menacées, si elles sont classées éthiquement discutables par nos spécialistes internes. Dès lors, il a été décidé de renoncer volontairement à l’utilisation de bois d’espèces d’arbres potentiellement ou réellement menacées et de ne se fournir que de bois en provenance de plantations durables dont il existe une certification d’origine, de sylviculture et de CITES. De surcroît, Swatch Group veille à couvrir ses besoins en cuirs exotiques, en recourant exclusivement à un petit nombre d’élevages durables clairement identifiés et contrôlés. Par conséquent, seules quelques exploitations aux Etats-Unis peuvent être considérées comme garantissant le respect des exigences très sévères édictées par le US Fish and Wildlife Service (Services des pêches et de la faune des Etats-Unis) ainsi que celles qui le sont par CITES déjà évoquées.

 

Approvisionnement en métaux précieux

Swatch Group s’appuie sur une politique d’approvisionnement très claire concernant les métaux précieux. Ceux-ci ne sont acquis qu’auprès de quelques fournisseurs bien établis et de longue date qui sont en conformité par rapport aux exigences de surveillance du marché financier et qui sont membre certifié d’au moins une organisation telle que le Responsible Jewellery Council (RJC) ou de la London Bullion Market Association (LBMA). En sus, ils doivent être en mesure de garantir que les métaux précieux ne proviennent que de sources éthiquement irréprochables et en conséquence de régions exemptes de conflits armés. La norme RJC, qui s’adresse en particulier au secteur de la haute joaillerie et à l’industrie des bijoux, inclut les directives de l’OCDE concernant l’approvisionnement en métaux précieux (OECD Due Diligence Guidance for Responsible Supply Chains from Conflict-Affected and High-Risk Aeras and its Supplement on Gold) ainsi que la directive SA8000 (Social Accountability International) exigeant un approvisionnement en matériaux responsable et éthique.

Depuis plusieurs années, les processus d’approvisionnement en métaux précieux ne cessent d’être optimisés et ils peuvent encore être améliorés, notamment pour assurer une traçabilité complète de la chaîne d’approvisionnement. A cet égard, une collaboration s’est établie avec les autorités et institutions compétentes, par exemple dans le cadre du projet Better Gold Initiative mené à l’initiative du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). Vu l’importance de la provenance de l’or, Swatch Group ne s’approvisionne plus qu’en «or traçable» provenant spécifiquement d’Amérique du Nord ou d’Australie, où les mines sont exploitées dans des conditions réglementaires très strictes imposées par les autorités. Des efforts sont par ailleurs entrepris pour maintenir une chaîne d’approvisionnement très courte et directe.

De plus, les investissements réalisés ces dernières années dans les fonderies et les installations d’affinage du Groupe ont aussi permis d’internaliser entièrement les processus et le traitement
des métaux précieux afin de s’assurer que la transformation des stocks de métaux précieux, la production des alliages et leur recyclage se déroulent à l’interne. Après la préparation des alliages, des profilés extrudés et des lingots bruts sont fabriqués, puis transformés en produits semi-finis ou finis, toujours en s’appuyant sur des procédés de production réalisés en interne. Ainsi, Swatch Group contrôle elle-même l’intégralité de la chaîne de traitement de l’or, en soumettant tout son cycle de traitement à un processus clairement défini. La fonderie de Nivarox-FAR joue à cet égard un rôle clé, car elle traite l’ensemble des stocks d’or du Groupe dans un circuit fermé et sous strict contrôle. La fonderie de Nivarox-FAR possède les autorisations fédérales nécessaires aussi bien en tant que fondeur que comme essayeur du commerce (essayeur juré). Elle dispose de la certification Responsible Jewellery Council Code of Practice (RJC COP).

 

Acquisition de diamants et de pierres précieuses

Lors de l’achat de diamants, Swatch Group vérifie que ceux-ci proviennent exclusivement d’un nombre restreint de fournisseurs qui se conforment de manière stricte au système de certification
issu du Processus de Kimberley. Cette certification permet de garantir que les diamants proviennent uniquement de régions hors conflits et du commerce légal. Les Etats, entreprises ou commerçants qui n’appliqueraient pas ce système de certification dans son intégralité sont exclus du commerce. De plus, seuls des partenaires de longue date, qui respectent non seulement le Processus de Kimberley mais aussi le règlement de la CIBJO (Confédération Internationale de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des diamants, perles et pierres; The World Jewellery Confederation), sont pris en considération, afin d’exclure tout risque en matière de qualité et d’approvisionnement.

POLITIQUE SOCIALE

A la fin de l’année 2017 et au début 2018, la conjoncture et les perspectives pour l’industrie horlogère ont été meilleures et Swatch Group a pu répondre aux demandes élevées des différents marchés. Cela a été possible grâce aux collaboratrices et collaborateurs qui, non seulement, sont restés actifs durant les mois difficiles mais ont également utilisé le temps à disposition pour acquérir de nouvelles compétences et ainsi relever les défis auxquels Swatch Group a fait face. Il a été important d’avoir de bonnes relations, ouvertes, avec le personnel qui s’est rendu compte des efforts faits par leur employeur pour le maintien de la place de travail et des conditions cadres nécessaires à l’épanouissement de chacune et chacun.

 

Emplois

Au niveau des emplois, l’année 2018 a atteint un nouveau record avec la création de plus de 1500 postes de travail par rapport au 31 décembre 2017, représentant en tout plus de 18 000 contrats Swatch Group en Suisse et plus de 19 000 à l’international. Ces chiffres sont largement au-dessus de ceux de 2015 qui étaient l’année avec le plus grand effectif pour Swatch Group. Ces résultats augmentent la responsabilité de toutes les directions des entreprises vis-à-vis des collaboratrices et collaborateurs qui font confiance à Swatch Group et qui mettent leurs compétences à disposition pour relever les défis à venir.

Développement du personnel

Face à la forte augmentation des effectifs, les formations internes ont évidemment été aussi nombreuses, intenses et indispensables, afin que rapidement chacune et chacun acquière les gestes et les processus nécessaires à la réalisation de leurs missions. Cet accompagnement des nouveaux collaborateurs a été également une bonne école pour développer et renforcer la polyvalence des employés plus anciens motivés de transmettre leurs connaissances aux nouveaux venus.

 

Formation professionnelle initiale

Grâce à la vision et la stratégie sur le long terme de la direction générale de Swatch Group, il a été possible, encore une fois, de proposer à tous les apprentis techniques en fin de formation, un contrat fixe, afin de compléter et développer leurs compétences et envisager une évolution intéressante au sein de l’entreprise. Dans la même optique, les apprentis engagés en août 2018 ont été plus nombreux que ceux qui ont terminé leur formation en juin de la même année. Le nombre global est donc toujours en légère augmentation, proche des 500 apprentis.

Swatch Group apprentices

Pour la cinquième fois, deux apprentis horlogers ont passé onze semaines à Hong Kong pour découvrir les activités d’un centre de réparation et vivre des expériences multiculturelles à l’autre bout de la planète. Tant le personnel à Hong Kong que les jeunes sont enthousiastes et soulignent le bien-fondé de cette approche qu’il faut maintenir. D’autres échanges linguistiques ont permis à trois apprentis romands de passer six semaines à Berlin et à trois jeunes suisses alémaniques d’aller six semaines à Paris. Hébergés par des familles d’accueil, ils ont travaillé dans des boutiques Swatch et fréquenté également des écoles de langues.

En Suisse, l’apprentissage au sein de Swatch Group concerne 32 métiers différents, passant d’un apprenti à 91 dans la profession la plus représentée. Swatch Group est ainsi le plus important formateur de l’industrie horlogère, tant en ce qui concerne le nombre de jeunes en formation que de jeunes engagés dans les entreprises après leur formation.

 

Ecole d’horlogerie Nicolas G. Hayek

Les six écoles d’horlogerie Nicolas G. Hayek Watchmaking Schools répondent toujours au besoin important d’avoir des personnes compétentes et formées au métier de l’horlogerie dans les différents pays, afin d’assurer le conseil et les réparations à travers nos réseaux de vente et de Customer Services. Ce cursus est reconnu au-delà de Swatch Group qui doit faire en sorte de motiver et donner des perspectives de développement à ces jeunes, afin qu’ils restent dans l’entreprise après leur formation initiale.

Watchmakers at work

Evolution professionnelle

La tendance positive de la demande en 2018, qui a engendré la création de ces nombreux postes de travail, a également eu des effets sur les ateliers d’observation des compétences et des centres de développement ainsi que sur la formation interne. Les collaborateurs se sont vus confier de nouvelles tâches sur leur poste de travail, en fonction de leurs compétences et affinités. Cette manière de procéder leur a permis de rapidement intégrer leurs nouvelles missions, de se développer et d’accepter des responsabilités plus complexes, attractives et à haute valeur ajoutée.

 

Partenariat social et conditions de travail

Après deux ans de mise en application, la nouvelle convention collective de travail (CCT) de l’industrie horlogère suisse, valable pour cinq ans, a été parfaitement intégrée que ce soit par le personnel, les commissions du personnel, la hiérarchie, que par les partenaires syndicaux avec qui l’entreprise cherche toujours le dialogue et la collaboration constructive tout au long de
l’année et dans toutes les régions.

Suite à l’augmentation de l’indice des prix à la consommation de 1,2 % à fin août 2018 par rapport à août 2017, Swatch Group a procédé, conformément à la CCT, à une hausse des salaires en Suisse pour 2019 de 52 francs suisses au minimum et jusqu’à 78 au maximum. L’impact sur la masse salariale est de plusieurs millions. Compte tenu du fait que près de 95% du chiffre d’affaire se fait en dehors de Suisse dans des zones monétaires où la force du franc suisse impacte négativement la marche des affaires, la vigilance est de mise. Chaque entreprise doit rester efficace et garder son esprit d’entrepreneur, afin de pouvoir absorber cette hausse du coût du travail et continuer à investir pour le futur.

En parallèle, un accent particulier a été mis sur tous les éléments qui font partie des conditions de travail, tels que l’ergonomie sur la place de travail, le suivi des gestes et postures, l’analyse des bâtiments et l’optimalisation des outils de production. Toutes les entreprises sont très actives dans ces domaines-là afin de proposer un environnement de travail agréable et en adéquation avec les missions de chacune et chacun, dans des perspectives positives.

Media Relations

Pour toute question spécifique relative aux médias, veuillez s’il vous plaît utiliser notre formulaire de contact.

Contact